05 juin, 2007

La biodiversité politique française menacée: est-ce bien là le problème...?


Après avoir appellé au vote utile et à la concentration des voix sur son candidat à l'occasion du premier tour des élections présidentielles, la gauche agite aujourd'hui la peur d'une chambre bleue horizon et la nécessité de conserver une "biodiversité politique" au sein de l'Assemblée nationale. Je cherche la cohérence du discours de cette gauche, agitant les idées selon ses besoins passant de l'une à l'autre sans trop se soucier d'une ligne intellectuelle qui donnerait sens à son action. Il fut un temps pas si lointain ou voter pour François Bayrou ne servait à rien puisqu'il n'aurait ni de majorité à gauche, ni de majorité à droite. Aujourd'hui, tout le monde s'accord pour que le modem obtienne quelques sièges au nom de la survie de cette biodiversité. Je suis un partisan de la proportionelle intégrale, mais je n'accepte pas de mélanger mes convictions avec ceux dont les idées sont des girouettes sensible au sens du vent. Pour moi la proportionnelle est une question de principe et ceux qui agitent l'épouvantail de la IVème République agitent aussi des idées sans trop savoir de quoi ils parlent. Pour cela, lisez les historiens et l'affaire sera plier. Partout en Europe, à l'exception de l'Angleterre, le corps législatif est élu au suffrage proportionnel, et tout ces pays sont gouvernables. La France n'a fait que connaître des majorités stables depuis 30 ans, et aucune réforme d'envergure n'a été efficace. Quel système est lacunaire, celui où l'on discute les projets de lois ou celui dans lequel on se couche devant le gouvernement? Mais la gauche n'a pas cette conviction, la gauche ne cherche qu'à maintenir ses groupes, à négocier des accords électoraux, à conserver son temps de parole... Le PS qui pleurt aujourd'hui derrière le risque de virage fort du régime est celle qui l'a permis en inversant le calendrier électoral, en donnant au président un rôle primordial et en subordonnant de fait les élection slégislatives à la sienne. A quand la refondation?

Arrêtons de pleurer sur la perspective que l'assemblée bascule encore plus à droite qu'elle ne l'a été pendant cinq ans. Qu'avons nous ici à reprocher à Nicolas Sarkozy et à l'UMP? Il joue sur notre terrain, selon les règles que nous avons nous-même instituer. Nicolas Sarkozy a été elu, et l'Assemblée prochaine le sera aussi, sur un véritable projet de société. L'UMP a une vision du monde, ses électeurs sont convaincus par se projet, ils y crois, leur vote est positif. La gauche n'a su, et ne continu qu'à proposer une vote négatif, contre Sarkozy, elle a été incapable en cinq ans de proposer un projet de société ambitieux et cohérent, de dessiner un horizon d'attente et tout simplement de prendre ses responsabilités. C'est pour cela que nous avons perdu, et franchement j'ai du mal à voter pour de telles personnes. Si nous n'acceptons pas la façon dont tournent les choses en ce moment, reprochons le à la gauche et non à Sarjkozy, reprochons le à nous-même de n'avoir pas su égiger des partis de gauche suffisamment de rigueur et d'éthique. L'urgence ce n'est pas tout sauf une majorité de droite écrasante, mais tout sauf une gauche pitoyable et sans dignité.

3 commentaires:

Thibault a dit…

Le pluralisme politique est effectivement une necessite car l'assemblée doit representer au mieux les citoyens qui l'ont elue - tout en permettant au gouvernement de gouverner -. La France, c'est une diversité d'opinions, il est donc logique que l'assemblée est une diversité d'opinions. C'est meme plus que logique, c'est démocratique.

Bastogi a dit…

Whaou ! Quel post ! T’as l’air en colère contre le PS ;-) !
Juste un petit détail : l’UMP - à travers François Fillon, n’a guère eu plus d’arguments convaincants que le PS ces derniers jours, puisqu’il s’est tout simplement contenté de demander aux électeurs de renouveler la confiance qu’ils lui avaient confié en mai dernier…
Sinon, je suis tout à fait d’accord avec toi sur la proportionnelle, car même si un gouvernement doit avoir une majorité afin de pouvoir gouverner, sortir d’une élection législative avec entre 70 et 80% des sièges à l’assemblée me semble trop important.
Dernière petite remarque plus personnelle si tu me le permets : tu sembles te revendiquer de gauche alors qu’il n’y a pas si longtemps tu affirmais soutenir François Bayrou et son nouveau parti… Que s’est-il passé ? Aurais-tu décidé d’abandonner le Modem ?

Papageno a dit…

Du tout, du tout, j'ai toujours dis que je votais François Bayrou parcequ'il assumait notamment des idées du mendisisme que je ne retrouvais pas chez Ségolène Royal. Je ne trouve pas beaucoup de différence entre ce que proposent Dominique Strauss-Kahn et François Bayrou. C'est l'éthique de Bayrou qui fait la différence tant que les socio-démocrates ne l'emportent pas au sein du ps.