03 mai, 2007

Pas si Royal que ça....


Le débat d'hier n'avait pour moi qu'un un but, savoir si je voterai blanc ou pour Ségolène Royal. Intellectuellement, on est bien loi d'un débat entre Giscard et Mitterrand ou Mitterrand et Chirac, mais ça on commence à en avoir l'habitude. Ségolène Royal ne s'est pas faite dévorer comme on pouvait le craindre. Thé, tablette de Crunch, c'est parti pour le débat. Tout se passe bien, Royal ne dit pas trop de connerie mise à part une vague proposition démagogique qui viserait à raccompagner les femmes fonctionnaires, la nuit, après leur service... Ridicule. Au milieu d'un certains vide, quelques propositions interessantes, une colère finte mais opportune, tout se passe bien elle a tenu. Les deux candidats ont trois minutes chacun pour conclure, et là, elle n'a pas pu s'en empecher... Voilà qu'elle regarde la caméra avec un sourire forcé et des propos hors-de-propos: la femme, les enfants, la famille, Angela... Navrant... Ses expériences personelles prennent le pas sur les valeurs de la République, sur celles de son programme.

Je relève une mesure interessante, qui serait de rétablir pour la rentrée 2007, tous les postes à l'éducation nationale supprimés depuis 2002. Mitterrand avait titularisé les vacataires, rien de neuf donc, mais une mesure qui me semble nécessaire. En matière d'éducation cependant, les bonnes intentions semblent difficiles à tenir. Augmenter le nombre de professeurs pour finir avec des classes de 17 élèves, bien que j'ai cru comprendre que les classes de 30 obtenaient généralement les meilleurs résultats dans le secondaire, celà pose tout concrètement un problème de place, de salle pour absorber la multiplication des classes, hors nous savons que les colleges et lycées sont souvent pleins comme des oeufs. Il faudrait donc en construire de nouveaux... Et les fonds dans tout ça?

Je crois sincèrement qu'hier Sarkozy a été meilleur que Royal, mais meilleur ne signifie pas juste. Je pense que pour quelques mesures et surtout la réforme des institutions et l'accent mis sur la recherche fondamentale, je voterai pour Ségolène Royal dimanche prochain. Elle propose de reprendre les choses en mains, et je suis de ceux qui pense que la cinquième République a fait son temps... Après ils faudra se mettre d'accord sur les principes d'une sixième, et ça ce n'est pas gagné. Pour ceux qui croient encore que la Quatrième République fut un échec, sachez que l'historiographie actuelle est en train de revaloriser considérablement son image. Elle a permis la sortie de la guerre, a accompagné la reprise économique, a enfin lancé la construction européenne, a commencé la décolonisation, pour une République que les ignards disent "inerte"...

Bon finalement je n'avais plus assez de Crunch pour Docteur House...

Tiens, je viens d'entrendre sur Europe 1 que Bayrou ne votera pas pour Sarkozy...

7 commentaires:

David (l'Autre) a dit…

J'ai tiré sensiblement les mêmes conséquences du susdit débat : nous sommes loin d'un Mitterand, et encore plus loin des orateurs de notre bonne vieille IIIème République (Sarkozy contre Clemenceau, le tigre, le premier flic de France, le tombeur de ministères...j'en rêve parfois). Sarkozy a donc été précis, net (et un brin démago) mais a fait des bourdes, de même que Ségo, qui a été...euh...nébuleuse, pleine de bonnes intentions (et un demi-brin démago). Sarko s'en sort mieux, mais de justesse.

Quant à la réforme des institutions, je reste mitigé quant à une VIème République : certes, j'applaudis lorsqu'enfin on réhabilite la IVème, mais je reste sceptique quant à notre propension légendaire à faire table rase du passé (musique maestro!). Je ne suis cependant pas expert en droit constit, aussi je me demande plutôt si une ample réforme des structures de l'Etat (à partir du titre XVI "de la révision") ne pourrait suffire, sachant que de Gaulle (malgré son mépris pour les partis et le pouvoir du parlement) et Debré père ont su mettre en place une constitution suffisament courte, floue et évolutive. Après tout, la révision peut être générale, du moment qu'elle ne touche pas au caractère républicain du régime et que le pays n'est pas envahi (c'est, ce me semble, ce qu'en dit la constitution).

Papageno a dit…

Ah je reconnais bien le gaullophile que tu es ;-)

Vincent V a dit…

J'ai également voté Bayrou, parce que j'adhère complètement et depuis les européennes de 99 à la vision progressiste de FB, qui d'ailleurs rejoint sur de nombreux points celle de cohn bendit.
Bref, je ne comprends pas qu'un sympathisant de Bayrou vote pour Royal.
Avec Sarkozy, le courant social démocrate à toutes les chances de prendre enfin forme en France.
Il sera la meilleure opposition (puis alternative) à cette droite BerlusKozy.
Avec Royal, il n'y aura pas d'opposition soudée, c'est une femme et quoiqu'on puisse dire, c'est plus dur à critiquer. elle est de gauche et certains syndicats importants auront tout le mal du monde à rester impartial et tenir de possibles revendications.
Et surtout, Bayrou n'arrivera jamais à mobiliser son électorat et des pointures de gauche et de droite modérée sous cette nouvelle bannière.
Vote Sarko pour cette fois, de toute manière il est déjà au pouvoir depuis 2004(pdt de l'UMP et Intérieur).


Vincé
www.divinah.com

Papageno a dit…

Pourquoi un électeur de Nicolas Sarkozy voterait pour Ségolène Royal? Tout simplement pour une question de valeurs, parce que les valeurs de Royal et celles de Bayrou sont les mêmes.

Si je te comprends bien, je dois voter Sarkozy, non pas parce que je veux qu'il soit président, mais parce que comme Bayrou n'est pas au second tour, il faut que Royal perde, que le PS implose et que Bayrou devienne le chef de l'opposition en rassemblant les socio-démocrates du ps à son nouveau parti démocrate? C'est c'est fort. Mais j'y crois pas. Et si tu m'a bien lu tu sais que je vote pour et non pas contre.

Maintenant une petite histoire. En 2005, lors du référendum, les européistes poussait à voter non agitait avec conviction l'idée qu'il existait un plan B et que voter non ne serait pas catastrophique. Nous savons ce qu'il en est aujourd'hui et la connerie profonde que fut cet argument. Arrêtez de vous prendre pour des alchimistes du bulletin.

Naéma a dit…

"des alchimistes du bulletin" LOL David, elle est pas mal, jolie formule.
et en effet, cette stratégie me semble bizarre à moi aussi
:)

Papageno a dit…

Ah la la, et encore tu ne connais pas Vincent. Il peut faire pire lol!!! Pas vrai Vincent?

Naéma a dit…

Vincent, tu es où???