16 avril, 2007

Génétique, talibans et masturbation: la campagne vue par le New York Times


En me balladant sur le site du New York Times, je suis tombé sur une article du 11 avril - France’s Unfocused Candidates Vie for Undecided Voters - proposant un regard assez intéressant sur notre campagne. Il est tout d'abord intéressant de remarquer que depuis les bords de l'Hudson les trois candidats principeaux sont Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal et Jean-Marie Le Pen. Avec ironie, l'article stigmatise leurs interventions: Sarko qui croit que la génétique est la source de la criminalité, Ségo qui pense que le gouvernement Afghan est encore Tabiban et Le Pen pour qui la masturbation est préférable à l'utilmisation des préservatifs... On comprendrait alors que 42% des français soient indécis à la vue de la superficialité des débats.

Sarkozy attire l'attention plus particulièrement du Times. Qualifié de "conservateur", ce qui l'améne bien loin de l'image de modernité qu'il veut se donner ici, le journal n'en fait pourtant pas l'ami de l'Amérique, comme là aussi, il aime à se présenter. Par ailleurs, son accrochage avec Azouz Begag lui vaut aussi quelques ligne. Intéressant que le Times s'intéresse à cela. Ségolène Royal est jugé avec sévérité, ses gaffes sont énumérées avec plaisir, mais le journal ose une vague comparaison avec Olympes de Gouges... Laissez-moi rire. François Bayrou et Jean-Marie Le Pen ont eu aussi le droit à quelques lignes, rien de significatif pour Bayrou et Le Pen est vaguement tourné en ridicule. Bref, vue d'Amérique, notre campagne semble bien plate.

J'oserai dire vue de France aussi, à ceci près que le New-York Times est assez injuste de réduire cette campagne à quatre candidats alors que les "petits" ont des proposition réelles, soulèvent de vrais débats de font et ne cherchent pas nécessairement le consensus. A vrai dire, j'ai aussi l'impression que debut le début de la campagne officielle, les choses se sont tassées, les débats et les interventions se sont formatées et deviennent bien moins intéressantes. C'est peut être à present plus qu'il y a un mois que nous aurion besoin de voir nos candidat pendant une heure et demi en prime time à la télé les uns après les autres.

Reste la question d'une alliance entre Royal et Bayrou, qui semble finalement dominer l'information politique du moment. Pour Cambadélis, Bayrou devra faire un choix entre Royal et Sarkozy. C'est vrai. j'espère qu'il ira au bout de sa démarche. Il a déclaré hier qu'il n'y aurait pas d'alliance avant le second tour, je le regrette, mais reste assez satisfait des effets de l'initiative de Michel Rocard qui a le mérite d'avoir mis le PS et le centre devant leur responsabilité, de faire bouger les lignes, et peut être d'incarner la vraie modernité politique.

1 commentaire:

Stanzy a dit…

on est pires chez nous