30 avril, 2007

Election présidentielle: les Stanbouliotes sont dans la rue. Et nous?


Dimanche dernier, 1.2 million de personnes ont défilé dans les rues d'Istanbul pour affirmer leur attachement aux valeurs kémalistes du pays, leur attachement à la démocratie et à une laïcité exemplaire. En Turquie aussi, l'élection présidentielle met aujourd'hui en jeu deux visions du monde et deux avenirs possibles pour le pays. Au pouvoir depuis 2003, les islamistes modérés de l'AKP présenteny un bilan ambiguë associant réussite économique et conservatisme social. Après avoir obtenu du Premier Ministre Erdogan de ne pas se présenter à l'élection présidentielle, le 14 avril dernier, l'AKP a décidé de proposer au Parlement d'Ankara le nom de son ministre des affaires étrangères, Abdullah Gül.

Pour être élu, Abdullah Gül doit btenir les 2/3 des voix au Parlement. Après un premier tour de vote boycotté vendredi au Parlement par l'oppostion, il a refusé de retirer sa candidature, la réaffirmant même après la manifestion d'hier. Un second tour de vote aura lieu mercredi. Si Gül n'ontient pas les 2/3 des voix, un troisième tour aura lieu une semaine après, mais cette fois-ci, le candidat de l'AKP devra obtenir uniquement la moitié des voix parlementaires. Aujourd'hui, Erdogan s'est prononcé pour une union nationale, mais le discours Premier Ministre et son candidat semble déjà plus nuancè qu'aupparavant. De son côté, l'opposition républicaine appelle à une alliance anti-gouvernementale. Il n'en reste pas moins, qu'à travers cette crise, la société turque témoigne de sa vitalité politique et de l'attachement à ses valeurs kémalistes qui fondent la Turquie moderne, laïque et démocratique.

Reste une inconnue à l'affaire, à savoir l'armée, garante des institutions et qui à déjà commit quatre coups d'Etat en cinquante ans, pour préserver le pays d'une dérive despotique ou extrémiste. Or, l'Etat-Major a exprimé samedi son "inquiétude" envers l'idée que le Parlement élise à la présidence de la République un homme issu de l'AKP. Même au non des valeurs laïque et démocratique un nouveau coup d'Etat serait peut être pire que tout pour la Turquie. Cependant, les partis d'opposition se sont opposés à cette prise de parole et défendent un règlement démocratique. Après le coup de force réalisé par les Stanbouliotes, dimanche, tous les partenaires sociaux et l'essentiel des partis réclament des élections législatives anticipées. Après l'Arménie et l'Ukraine, la mobilisation politique turque est en train de donner une leçon de vitalité à l'Europe et à la France en particulier, montrant les voies possibles d'une opposition véritable lorsque le débat est confisqué par un parti dominant à la vision du monde qui est réfuté par les citoyens.

6 commentaires:

Jenny a dit…

C'est vrai qu'il y a souvent beaucoup de commentaires ridicules sur la Turquie et tu as raison de souligner que nos codes politiques ne peuvent pas etre transposés sur ceux d'Ankara.

Je n'ai encore entendu aucun candidat sur la chose.

David (l'Autre) a dit…

Une bonne analyse, qui mériterait de plus amples développements. Tu insistes fort justement sur la vitalité du débat en Turquie, et non sur les manifestations seules (qui ont hélas leurs mauvais côtés). Et surtout, le point essentiel, à savoir l'attitude de l'armée : c'est, j'ose le dire, le seul élément qui me rend frileux quant à l'entrée de la Turquie dans l'UE, et non de fallatieuses raisons religieuses, culturelles ou même (rions un peu) géographiques... L'armée a réussi à se tenir tranquille ces derniers temps, mais on ne peut pas dire pour autant, comme on le voit, qu'elle est domestiquée : espérons qu'elle rentre dans le rang plutôt que de sortir de ses caserne.

Papageno a dit…

Sa présence est assez frappante en Turquie, elle possède de grands domaines en Anatolie, elle marque semble t'il la vie des Turc, et le service militaire est un moment important dans la vie d'après ce que j'ai pu y comprendre. Mais contrairement à ce qui pouvait se passer il y a 10 ans encore, l'attitude des partis kémalistes est nouvelle, se détachant d'une armée avec qui ils sont généralement alliés, et c'est celà aussi la modertinité de la Turquie.

En ce qui est de la réaction des candidats, je n'en ai pas entendu. Moscovici a hier confirmer la oui de Royal à l'entrée de la Turquie en UE, et Lelouche dit que la Turquie a un problème d'indentité, bref, lui, il n'y comprend pas grand chose.

Anonyme a dit…

http://4.upload.dailymotion.com/video/x1uzqf_sauvons-la-recherche-michel-kaplan

Anonyme a dit…

http://4.upload.dailymotion.com/video/x1uzqf_sauvons
-la-recherche-michel-kaplan

Papageno a dit…

Aujourd'hui, la Cour suprême de Turquie a invalidé le premier tour de l'élection présidentielle et à convoqué des élections législatives anticipées. Les forces démocratiques, laïques et modernes l'ont donc emporté.